HibOO d’Scene : Agnes Obél à la Flèche d’Or ([PIAS] Nites #01)

AGENDA RELATIF
Agnès Obel
  Parco Della Musica (Rome) - 5 mai
  Alcatraz (Milan) - 7 mai
La Flèche d'Or
  Moddi (23 avril)
  Scott Stapp (25 avril)

Elle était la star de la première soirée [PIAS] Nites organisée par le fameux label Play It Again, Sam. Le public avait répondu si présent qu’à 19h30, entrer dans la Flèche d’Or s’avérait réellement difficile. Pour tout avouer, je n’avais pas vu ça depuis les concerts privés de Peter Doherty ou encore Band of Horses. Mais remplir une telle salle lorsque l’on est connu n’a rien d’extraordinaire. Or, la Berlinoise originaire du Danemark vient à peine de sortir son premier – magnifique – album, Philharmonics, et l’on ne peut que féliciter les autochtones d’avoir fait le déplacement. Certes, parmi cette fournaise humaine, beaucoup se sont déplacés pour l’incroyable An Pierlé à la tessiture magique et à la folie espiègle. D’autres connaissaient Daan, véritable phénomène star au plat pays. Mais c’est bel et bien Agnes Obel que le label, pour sa première soirée parisienne, a voulu mettre sous les projecteurs.

Et le pari est tenu haut la main : quand à 22h30, dans une atmosphère très humide, les deux musiciennes montent sur scène, la salle ne se désemplit pas de la moindre âme ; entre curieux, VIP blasés de la vie qui discuteront tout le concert, ou déjà véritables fans connaissant l’opus fraichement sorti sur le bout des ongles et des lèvres, tous veulent avoir le coeur net que l’on n’a pas vendu une énième artiste « piano-voix » au même titre que les charlatans d’antan promettaient monts et merveilles grâce à l’achat de poudre de perlimpinpin.

1 heure pour convaincre : un set forcément court, mais répondant à tous les critères exigés : c’est aussi beau qu’en CD, les parties de violoncelle amènent une ampleur quasi divine, l’aspect fragile qui émane d’Agnes Obel s’en retrouve totalement exacerbé, et les mélodies … mon dieu ces mélodies, sorties d’un conte de fée, d’une fable oubliée, d’un récit magique transmis de bouche à oreille depuis des millénaires … la grâce des compositions, qui emprunte aussi bien à Fauré, Satie, Debussy qu’à la pop contemporaine, qui se veut faussement simple, emmène vraiment les oreilles et les esprits attentifs ailleurs, loin. On aurait aimé qu’elle joue une chanson pourrie, histoire de ne pas la mettre sur un piedestal, mais que nenni : chaque titre est un pur cadeau pour mélomanes.

Forcément, ça a passé beaucoup trop vite. En guise de rappel, après des ovations bien méritées et clairement sincères, l’artiste a interprété Smoke and Mirror, (disponible en HibOO d’Live) … et malgré les quelques couacs techniques en début de set (larsens, micro chant à la ramasse), l’enchantement a bel et bien eu lieu, de part et d’autre de la scène

… On était là, on avait quelques Canon 5d/7d sous la main, et on a filmé son set. Parce que ce genre de concerts n’arrive pas forcément tous les jours, et qu’il est parfois bon de garder une trace visuelle et/ou sonore de ce genre d’événements.

Agnes Obél : Just So

Get the Flash Player to see the wordTube Media Player.

Agnes Obél : On powdered ground

Get the Flash Player to see the wordTube Media Player.

» www.myspace.com/obelmusic

publié par Rod le 30.10.10

archives.le-hiboo.com

Contenu relatif

8 commentaires

  1. C’est beau tout simplement, la musique, le rythme des séquences… merci de partager cela

  2. Très très beau

  3. J’aime beaucoup! Beau travail, bravo!

  4. Les images sont à la hauteur de la musique très belles !

  5. Vraiment beau ! Bravo… aux artistes et à ton art.

  6. Et sur la pochette il y a :…….un hiboo.
    Etonnant …Non?

  7. Bérengère 25.11.10 | 23:03

    vraiment très chouette! Hasard, ou destin…un copain partage via email une vidéo d’Arno « Quelqu’un a touché à ma femme » (superbe), d’autres vidéos de Hiboo s’affichent, je clique sur une puis deux et voilà j’accroche! je vais sur le site le-hiboo.com…L’annonce de job m’intéresse, je suis une accro du cadre en équipe, le hic je suis sur la Côte Basque.. et pas vraiment mobile pour l’instant! Bonne continuation.

  8. Le concert que j’ai raté et que je ne devais pas rater !!!
    On en refait un avec elle, An pierlé (dont j’aime moins le dernier album mais toujours incroyable sur scène), on pourrait ajouter Emiliana Torrini, Sophie Hunger ou Emilie Simonet on aura une belle brochette de … talent (fini les mecs dans la musique, place aux filles !).
    Merci pour les vidéos de Agnès Obel.