HibOO d’Live : Thos Henley

Tout a commencé en mars 2010 dans une salle un peu connue …

Il a le vent en poupe dans le microcosme blogosphérique parisien. Tout le monde le filme, ou veut le filmer, et il faut dire qu’à plus d’un titre, Thos Henley est bon client. Et c’est parce qu’il a été shooté moults fois auparavant (cf. Bim Bam Boum ou encore Le Cargo) qu’il me fallait à la fois un titre jamais joué en acoustique – heureusement, j’ai eu la chance de le voir quelques jours auparavant à Shakespeare and Co et une chanson m’avait interpellé, et surtout, une autre manière que celle de faire ce simpiternel et traditionnel plan séquence instauré depuis quelques années par le mentor blogothérien et qui a depuis donné naissance à pléthore d’émules, dont Le HibOO.

J’avais bien une idée au départ … mais pas de bol, en ce 7 octobre, aux alentours de 21h30, le Pont des Arts n’était pas éclairé. Ce qui, dans mes croyances profondes et légendes urbaines associées, n’arrive jamais. Je voulais le filmer en multi-cams, mais avec un esprit de plan suivi où chacun doit assurer sa partie. Une sorte de confiance aveugle et un peu fofolle, surtout quand je tente d’expliquer ce que je souhaite, et j’ai conscience que je suis loin d’être limpide dans ces cas de figure. Mais bon, qui ne tente rien ne tente rien. Et on a bien fait de tenter.

Thos Henley

Get the Flash Player to see the wordTube Media Player.

Grâce à Alain de Soul Kitchen et à Daniel de Little Lab qui se sont rendus dispos pour l’occasion (thanx guys), j’ai donc profité de l’enthousiasme débordant du bonhomme pour tenter quelque chose de différent, en espérant que vous vous laisserez emporter … cette chanson de Thos Henley est un peu un OVNI dans son répertoire : en effet, il s’agit à la fois de la plus simple (mêmes accords que Hey Ya d’OutKast … entre autre) et de la plus catchy (mais également celle où vocalement, il est en permanence dans les aigus), le reste de son répertoire étant un peu plus dans une veine songwriter – moins linéaire, plus poétique.

Echantillons :

A noter qu’en live, le longiligne anglais installé à Paris est plutôt du genre showman, et à l’instar d’un Doherty – dans une moindre mesure, hein – il est ce genre de mec à capter l’attention et à forcer l’écoute.

» www.myspace.com/thoshenley

publié par Rod le 09.10.10

archives.le-hiboo.com

Contenu relatif

Trackbacks/Pingbacks

  1. 9.10.2010 | Son Du Jour > Thos Henley en HibOO d’Live | Soul Kitchen
  2. 10.10.2010 | Thos Henley | Les Boutiques Sonores

6 commentaires

  1. Ah que oui je me suis laissé emporter, Rod ! Aussi bien par les échantillons que tu nous proposes que par cette captation de « high level »… et je ne dis pas ça uniquement à cause de la première figurante ! En effet, on tient là sans doute l’un des + beaux Hiboox d’Live ;-)

    Et puis j’évoquais au mois d’août certaines connexions avec Serge Gainsbourg : cette fois-ci elle est double, pour avoir voulu mettre en lumière le Pont des Arts (et ses environs du coup) le soir de la Saint Serge, avec des couples en featuring, là il y a clairement connexion avec Alain Souchon également !

    Autre concours de circonstances bluffant, mais peut-être voulu par nos amis du Cargo, le passage d’une noce au cours de « Darling You »… :)

  2. merci ROD pour cette sublime session !

    auto promo:
    le disque de Thos (un beau vinyle 10″ doré) est disponible par ici:
    http://bsrecords.bandcamp.com/

    merci
    à+

  3. Magnifique session pour un artiste qui n’a sans doute pas fini de faire parler de lui; Bravo, il méritait une captation à la hauteur de son talent : C’est chose faite!

  4. Il me semble que j’avais découvert Thos Henley en premier, non? La Oliver Peel Session avec lui (merci pour l’echantillon!) date quand même de juin 2009 :)

    La vidéo sur le Pont des Arts est très beau, j’aime bien les couleurs et c’est incroyablement nette!

    Bon choix de morceau aussi, il ne joue pas souvent celui-là. Merci.

  5. J’espère que vous êtes conscient d’être à proprement parler d’exceptionnels shooters ! Les captation pullulent sur le net, mais les vôtres… comment dire… ont ce… what the French call a certain I-don’t-know-what… thanks for that et bon vent.