HibOO d’Scène : Are We Brothers ? au Nouveau Casino

AGENDA RELATIF
Le Nouveau Casino
  Schlauberg (17 avril)
  Sohn (19 avril)

Lyle n’aime pas. Pour ma part, il s’agit d’un énorme coup de coeur. Oui, Are We Brothers ? n’a ni inventé le rock, ni le reggae, ni le ska, ni la pop, encore moins les polyphonies bien foutues, ou encore les rythmiques catchy. Mais bordel, ces Danois quand tu les vois jouer, tu remues ton popotin jusqu’à ce que les calories s’évaporent ! (et crois-moi, en matière de gros popotin et de calories surabondantes, j’en connais un rayon). Leur prestation hier au Nouveau Casino fut – selon moi je personnellement centre du monde des blogs musicaux que c’est moi le meilleur et que les autres tant pis pour eux parce que c’est comme ça et pis c’est tout – de loin la meilleure des trois combos présents. Certes, Telegraphs ont grave assuré sur scène, et on ne peut pas dire qu’ils n’envoiyaient pas un son musclé qui ne laisse pas de marbre. Mais la quasi-similarité de la structure des titres rendit le set très vite ennuyeux – pourtant très court, chaque groupe n’ayant droit qu’à 40 minutes, ce qui dans ce genre de soirée multi-plateaux est largement suffisant pour ne pas être gavé trop vite.

Mais quand Are We Brothers ? entre sur scène, c’est un tout autre niveau qui s’offre au public : déjà émane de ces mecs une sorte d’euphorie communicative, on capte tout de suite qu’ils sont heureux d’avoir fait le déplacement jusqu’à Paris pour jouer. D’autre part, le duo basse-batterie est d’un groove à faire pleurer maman devant Carrefour le jour des soldes à 8 heures du matin quand tout le monde se piétine dessus pour acheter 300 télés 135cm facturées 2995 euros au lieu de 3050. Enfin, ce mélange absolument divinement dosé entre le rock, la pop, le ska/reggae fout le sourire aux lèvres : rien de prétentieux dans la démarche, alors qu’il s’agissait ici de très loin du groupe le plus technique. Toutefois, coup de coeur ou pas, soyons objectif lorsque le défaut principal clôture le mini set : en effet, Are We Brothers fut incapable de jouer au delà de 30 minutes, ce qui s’avéra relativement frustrant (reste à déterminer qui de l’organisation ou du groupe a décidé de supprimer 25% du temps imparti. Sachant qu’une soirée clubbing était prévue après la Custom)

OK, il manquait peut-être une cinquantaine de têtes pour que l’ambiance soit vraiment au rendez-vous, mais une chose est certaine : la nouvelle signature de Discograph risque de faire parler d’elle. Comme en général, tous les groupes dont la prestation scénique est à la hauteur de la qualité musicale. Et sans être rabat-joie ou omnipotent, mais un groupe nordique, quel que soit le style dans lequel il a décidé de s’orienter, est TOUJOURS un bon groupe. (n’oublie pas de jeter sur un oeil sur le HibOO d’Live filmé le jour d’avant aux Buttes Chaumont)

Get the Flash Player to see the wordTube Media Player.

Pour info :

Les vidéos qui figureront sur cette page ont été tournées avec 5 Canon 5d Mark II répartis de la manière suivante :

  • Rod – côté cour (4 premiers titres au 70-200mm 2.8 L, ensuite 24-70mm 2.8 L)
  • Ronan Thenadey – côté jardin (85mm 1.8)
  • Benjamin Lemaire – côté jardin (24-70mm 2.8 L)
  • Cédric Rivet – mezzanine (70-200mm 2.8 L)
  • Nicolas Patault – mezzanine (300mm 2.8 L)

Il s’agissait de la première captation tournée avec la mise à jour du firmware, et ce que l’on retiendra, c’est que le mode automatique peut-être une bonne solution pour toutes les variations du lumière. Ou si l’on veut utiliser le mode manuel, il est préférable de jouer avec l’ouverture plutôt que la vitesse, l’utilisation de cette dernière provoquant des ondes latérales sur la vidéo. Le son fut enregistré en simultané en console et en ambiance grâce à l’option offerte par le Zoom H4n. La partie ambiance a été remixé fortement dans les aigus afin de faire ressortir la batterie, les voix et les guitares.

publié par Rod le 25.09.09

archives.le-hiboo.com

Contenu relatif

2 commentaires

  1. charlotte 25.09.09 | 17:19

    ça cla-que!

  2. j’aime bien :)