Cocoon (+ I come from Pop) au Mas : ou comment visiter le Paradis en avant-première

Imagine un peu le dessin : un groupe petit qui est devenu grand (disque de platine de nos jours, ça ne court pas les rues dans le monde indie), un lieu qui s’avère être l’eden des musiciens, une ambiance terrible, et un concert sold out de 600 et quelques personnes. Tu ajoutes à ça une première partie incroyablement stupéfiante, un accueil magnifique, des trips photos en piscine et un duo clermontois qui t’enchaînent devant toi des exclus en acoustique … et tu te dis : mais que demander de plus ?

OK. Pour se rendre au Mas, tu as intérêt soit de connaître le gars du coin, ou d’avoir un GPS ninja, car pour être paumé, ça l’est. Mais telle la quête du Graal, une fois le lieu trouvé, le mot lâché de la bouche de tous est unanime : WOW. Ouais, Le Mas, c’est juste un endroit d’une beauté insolente, avec un olivier magnifique qui sert de décor de fond lorsque les artistes jouent, une piscine située à seulement quelques pas, un soleil tonitruant et surtout, un état d’esprit. L’équipe du Mas de prime abord se la joue clichés des gens du sud … mais il n’en est rien : cette dernière est constituée de passionnés de musique qui savent de quoi ils parlent, et surtout … qui savent accueillir leurs hôtes que même à Paris avec leurs hôtels 4 étoiles toutes pourries ça ne leur arrive pas à la cheville. Là-bas, t’es juste le Roi.

Quant à Cocoon, si tu en as déjà marre de lire, sache que la phrase que Mark a balancée sur Facebook dès son retour à Paris est tout simplement sans équivoque :

Chupee Cocoon a vraiment passé l’une des meilleures soirées de sa vie au Mas.

L’an dernier, The Do n’en pensait pas moins, jusqu’à prolonger son séjour de 3 journées supplémentaires. Pour ma part, ce fut encore plus intense que mon ro(a)d trip avec Ghinzu (qui pourtant fut extatique). Sauf que voilà, Le Mas … c’est Le Mas (argument bigardien de haute voltige qui ne possède toutefois aucun équivalent réthorique aussi fort).

Le Mas, Puget sur Argens - Photos (live shot pictures), Concerts (avis, critique, chronique, compte rendu, live report), Vidéos (session acoustique, vidéo live captation), Festivals : Cocoon (+ I come from Pop) - 1er août 2009

Après avoir passé une journée entière à filmer et photographier sous l’eau – je vous recommande plus que chaudement la boutique Photo Denfert pour la location de boitiers étanches et autres matériels photos à très bas prix – les hostilités de la soirée commencent : c’est sous une lune caressée par de furtifs nuages et un chant de grillons aussi constants qu’un métronome que la soirée débute pour les 660 personnes présentes, avec une première partie pour le moins surprenante, répondant au doux patronyme de I come from Pop

I come from Pop (www.myspace.com/icomefrompop)

Pour une surprise, c’est une surprise ! Alors que de prime abord le trio ne paie pas de mine, I come from Pop est tout à fait l’exemple type de ce genre de groupes qui a tant digéré ses influences : entre pop, rock et post rock (parmi les couleurs les plus évidentes : Radiohead, Bon iver, Shannon Wright ou encore Troy von Balthazar,Cat Power … si si, et encore plus !), le son du trio brestois est pour le moins dévastateur. La voix haut perchée et très douce du leader aussi charismatique qu’effacé vient souvent se percuter à des mélodies initialement aériennes finissant systématiquement peu ou prou dans un chaos aussi brutal que jouissif. Et l’on se dit que, pour un groupe formé dans l’urgence en 2008, le talent est au rendez-vous : et l’on espère de tout coeur voir certaines salles et/ou tourneurs parisiens programmer aussi souvent que se peut un tel bijou. Quoiqu’il en soit, le public présent – énorme fanbase de Cocoon venant des quatre coins du sud, parfois jusqu’à 3 heures de route du lieu ! – a été plus que conquise. Et il ne peut en être autrement.

Cocoon (www.myspace.com/listentococoon)

Tiendrions-nous ici l’un des meilleurs concerts de la jeune carrière de Cocoon ? Agathe pense que la première Cigale reste encore sa prestation favorite. Pour ma part, le nombre de facteurs externes favorables fut si élevé que la magie qui s’est dégagée fut sans équivalent. Ici point de murs, de diaporamas tapissant le fond de scène ou encore 50 000 bras rués dans les plus gros festivals français. Ici, Cocoon retrouve ses racines au pied de l’immense olivier qui va sublimer durant 1h20 leurs magnifiques mélodies : retour « aux petites capacités d’accueil », et l’esprit « panda / totoro » souvent mis en avant va enfin prendre ici tout son sens. Mark et Morgane sont même surpris de se retrouver « aussi près » des fans, et Le Mas leur permet surtout d’oublier leur mésaventure de la veille à Paris. C’est donc sans surprise que le groupe « joue à la cool », en se plantant parfois parce que l’aware attitude l’emporte sur la machine carrée qu’est devenue malgré lui le groupe – 150 000 exemplaires vendus de leur premier opus, ça ouvre d’autres portes et d’autres horizons, et implique surtout des changements dans sa vie d’artistes, comme participer aux plus gros festivals français, avec des enjeux différents – et l’on ne peut qu’apprécier que Mark et Mo’, désormais accompagnés d’Oliver et Raphaël, n’ont rien perdu de leur simplicité qui avait enchanté tout le monde à leurs débuts en 2007.

Par ailleurs, accompagner un tel groupe hors de la capitale permet de voir et de réellement admirer ce dernier hors des murs parisiens, et crois-moi, niveau ambiance, c’est autre chose. Exit les VIP qui te pourrissent un concert parce qu’ils regardent avec une tête d’huitre morte séchée sur un rocher depuis 3 semaines ton set, te donnant vachement envie de jouer – voire de sourire tout simplement – pour le coup. Non ici, on réalise la chance qu’on a de voir un groupe « si connu ». Que ce soit Sophie ou Aurélie, leurs yeux pétillent comme des mômes de 5 ans à qui l’on a offert le plus beau cadeau de leur vie : il faut dire que lorsque l’on est fan d’un groupe et que la distance maximale séparant ceux qui sont scène de ceux qui la regardent doit être de 10 mètres maximum, ça en jette forcément un max. Et ces deux cas ne sont pas isolés : ce concert était celui des sourires et de la bonne humeur. Et il faut dire que le quator a été plus que généreux, puisque sur 15 titres (finalement 17), presque la moitié fut des titres inédits ! Certes, Sushi et Sealion sont désormais intégrés symbiotiquement au set depuis des lustres, mais lorsque l’on entend Cathedral, Comet ou encore 84 … et même si ces titres sonnent « très Cocoon », on reste assez admiratif par la démarche (peu de groupes présentent leur futur nouvel album avec quasiment la moitié de jouée en fin de tournée initialement prévue pour défendre le premier opus !).

Get the Flash Player to see the wordTube Media Player.

1h20 plus tard, après avoir fait participé tout le monde sur Chupee, et avoir atteint la quasi communion sur le bouquet final Tell Me (dont la beauté magistrale de l’arpège principale s’est vue accompagnée du chant nocturne des grillons), la poignée d’individus au bar ont pu assister à un HibOO d’Live anthologique qui n’en finissait pas – 6 titres au total, un véritable showcase ! Et la nuit se termina comme elle débuta : dans la piscine.

Le Mas, le paradis des musiciens, tu te rappelles ? Spread it around the world et come on next year (ou ce vendredi, Izïa est de la partie !)

» www.lemas-concert.com
» www.myspace.com/listentococoon

publié par Rod le 03.08.09

archives.le-hiboo.com

Contenu relatif

24 commentaires

  1. charlotte 3.08.09 | 16:33

    et là on regrette de ne pas avoir pris le train.

  2. Olivier 3.08.09 | 16:43

    Etant originaire de Puget S/ Argens et fréquentant le Mas depuis le début du Festival, je ne peux qu’être d’accord avec Rod.
    Chaque année, l’équipe nous surprend avec le programme, et conserve l’ambiance intimiste de l’endroit.

    Quelle surprise en tout cas que de voir les fotos et le post aujourd’hui sur mes RSS !

    Continuez !

  3. Quand on n’a pas la chance d’être ami avec le fameux mark on voit pas sa fabuleuse phrase. Ton lien facebook ne sert à rien.

  4. Merciiiiiiiiiiiiiiiiii
    Super article super boulot!!!!!

  5. et j’adore aussi ta petite signature HibOO au bas de tes vidéos!!!!

  6. Dommage que le son soit pas top

    • Sachant qu’au depart je ne devais pas filmer le concert, et qu’a la limite sur ce coup, le son, on s’en fout un peu, puisque c’est pas une « vraie » captation. C’est quand meme un peu mieux qu’une video faite au téléphone portable non ? :)

      • Oui les vidéos sont vraiment sympa, mais le son c’est comme les photos et la vidéo, ça se post-traite :)

        • Pas quand on s’appelle Rod.
          {Je sens que je vais aussi me faire virer d’ici}

        • hin hin.

          je suis une brele en son … donc bon. l’important c’est que ce genre de videos existent, apres que ce ne soit ni du spielberg, ni du godard, le tout avec une partition de John Williams … on verra avec le temps :) en 2001, je ne savais meme pas ce qu’etait le mode M sur un appareil photo donc bon.

          • Moi aussi chuis un brêle en son et pour info Spielberg disait dans une itnerview ‘ya quelques années qu’il payait une fortunes des mecs pour gérer son son (hihi) justement parcequ’il n’y connaissait rien et qu’il voulait pas s’en occuper. J’ai décidé de faire pareil. Mais sans les fortunes.

  7. Bah je sais pas ce qu’est le mode M sur un appareil photo… mais si rod a juste pris le son avec son appareil (en gros avec juste un micro) coté post prod en son y a quand même pas grand chose à faire… on ne peut pas rattraper grand chose… Tu peux jouer sur qques fréquences mais tu sauveras pas un son qui sature par ex…

    • en fait j’avais posé le Zoom H4 dans la maison en face : donc ca capte tout ce qu’il y a entre le groupe et la maison, donc les gens qui parlent et tout … et je sais pas pourquoi, mais j’aime bien le son global la, surtout Chupee.

      Tell me, c’est le melange des 2 : parce que la ou j’etais (cad sur scene), le 5d a capté le chant des grillons … et je me suis dit que franchement, ne pas foutre ca, c’etait un crime. Meme si cela devait patir a l’ensemble sonore : je privilegie l’ambiance sonore parce que 1 :) j’ai pas le choix, et 2. meme si je savais retoucher le son comme les images, j’aurais voulu ces grillons.

  8. Cet article est juste génial!!! J’adore!! J’adhère!!
    Alors oui j’ai préféré la Cigale au niveau concert mais pour la simple et bonne raison que j’y étais du début jusqu’à la fin..alors que là j’étais un peu ici et là mais c’est resté un super moment tout en magie, en grace et en bonne humeur…et puis rien ne peut remplacer dans n’importe quelle salle, même la Cigale (qui pourtant en aurait le bien le nom pour), n’a cet olivier aussi beau lorsqu’il est éclairé!!!
    Mais si je pense à ce 1 aout dans sa globalité…la Cigale semble un pale souvenirs…
    Thanks Rod (encore) pour cet article de ouf!!

  9. Respect pour la captation & les photos aquatiques !

    • Merci :) je viens de rajouter ma preferee niveau images, « Cathedral » :) j’en ai encore 3 au total à rajouter mais du coup je dois refaire le hibOO d’Live fait à l’époque …

  10. Cette pyramide humaine déchire tout … Agathe t’as trop le staïle huhu

  11. Heu lol les photos !! :)

  12. aurelie 4.08.09 | 10:58

    c’est génial de pouvoir revivre ça! merci rod!

  13. Florianne 4.08.09 | 12:28

    Je crois que ça résume tout – le off qu’on voit pas (et c’est quand même du grand délire) – et la beauté du live qu’on vit (le plaisir d’être là, la douceur des mélodies, l’humour partagé, …).

    Merci merci d’avoir capté tout ça aussi bien ! Les photos sont superbes et les vidéos de la session acoustique fin de soirée bien inspirées ! C’est des souvenirs plein la tête !

  14. Merci, de partager ces moments magiques, avec tous ceux qui étaient ailleurs!!!!!!Tant pis pour nous….Vous êtes géniaux!!!!!!!!

  15. Un grand merci pour cet article de ouf, on s’y croirait..
    Qu’importe le son, l’important était de capter l’évenement brut, la véritable connivence entre Cocoon et son public…
    A Paris on a peut etre plein de concerts, mais on est tous parqué comme des chiens et les concerts en Province sont cent fois mieux pour vivre les concerts et être au contact des artistes qu’on aime. Merci d’avoir mis le doigt dessus…
    Bon, Rod, faut pas y prendre gout non plus :-)

  16. et je suis sure que grâce à ce superbe article et Cocoon il y a pleins de nouveaux inscrits sur Le-Hiboo!
    Youpee Chupee!

  17. Je ne savais pas que le 5D mark II était étanche ;)

    Superbe série photo et excellent article pour un groupe qui en vaut vraiment la peine.

    Merci également pour le clin d’oeil aux concerts qui se déroulent en province.
    Bonne continuation.